Soupape de sécurité : comment la choisir ?

Guide de choix soupape de sécurité
Temps de lecture : 4 minutes

Également appelée “soupape de sûreté”, la soupape de sécurité est une pièce essentielle des chauffe-eaux qui alimentent un circuit de chauffage hydraulique. Cette partie de l’installation permet d’évacuer le trop-plein d’eau ou de vapeur, lorsque la pression dépasse un certain seuil (le seuil de tarage) dans l’installation. La soupape est obligatoire puisqu’elle est indispensable au bon fonctionnement des circuits de chauffages et des circuits d’eau chaude.

Dans cet article, Warmango vous dit donne tous les conseils pour vous aider dans le choix d’une soupape de sécurité.

Quel est le rôle d’une soupape de sûreté ?

Le rôle principal de la soupape est de procéder à une décompression lorsque la pression de l’eau de la tuyauterie atteint son seuil maximal de sécurité. Lorsque l’eau monte en température, elle se dilate : le volume d’eau va alors augmenter dans le chauffe-eau (par exemple), augmentant également la pression à l’intérieur du circuit de chauffage. 

En règle générale, le vase d’expansion permet de maintenir une pression constante. S’il est défectueux, la soupape de sécurité va venir aider à protéger l’installation. Vous avez un doute et souhaitez pouvoir déterminer si un vase d’expansion est défectueux ? Consulter notre article sur le sujet.

Elle sert à éviter les risques de surchauffe accidentelle et de variations de pression trop importantes, en évacuant le surplus d’eau.

Comment fonctionne une soupape de sécurité ?

Généralement, la soupape de sécurité n’est pas censée se déclencher souvent. Dans une chaudière, l’augmentation de la pression est supposée être limitée et contrôlée automatiquement, la soupape n’étant là qu’en dernier recours.

En pratique, une soupape a trois positions possibles :

  • Fermée : lorsque la pression se situe en dessous du seuil de tarage ;
  • Ouverte à faible débit : lorsque l’eau surcomprimée appuie sur le clapet de la soupape, celui-ci s’ouvre automatiquement ;
  • Ouverte à débit maximal : le clapet peut s’ouvrir entièrement lorsque la pression interne atteint les 100% de la Pression de début d’ouverture (Po).

La vanne de sécurité ouverte, la pression interne va diminuer jusqu’à ce qu’elle ne soit plus assez puissante pour pousser le clapet. Une fois le clapet de sécurité fermé, le système redevient étanche.

Quels sont les différents types de soupapes de sûreté ?

Il y a différents modèles de soupape de sûreté. Selon leur équipement dans un premier temps :

  • Sans manomètre, c’est le modèle standard ;
  • Avec manomètre, qui indique la pression de la chaudière ;
soupape de sécurité avec manomètre thermador
Soupape de sécurité avec manomètre – Thermador

Ensuite, les soupapes de sécurité se déclinent en plusieurs types selon leur utilité dans le circuit de chauffage.

  • La soupape différentielle, qui fonctionne comme le modèle basique, mais qui va permettre d’éviter les sifflements désagréables que font les radiateurs lorsque l’ouverture du by-pass s’enclenche ;
  • La soupape thermique, qui va refroidir la chaudière en évacuant le surplus d’eau chaude, et en injectant de l’eau froide lorsque le chauffe-eau surchauffe (elle est utilisée principalement sur les chaudières à combustibles solides).
Soupape de sécurité différentielle - Thermador
Soupape de sécurité différentielle – Thermador

Choisir une soupape : pression et seuil de tarage

Quels sont les seuils de tarage existants ?

Deux pressions de tarage (Pt) existent :

  • La soupape de sécurité 3 bars, qui évacue la pression lorsque celle-ci dépasse les 3 bars ;
  • La soupape de sécurité 7 bars, qui s’active lorsque la pression de l’eau de chauffage va au-delà des bars. Sur un chauffe-eau électrique, la soupape de sûreté fait partie du “groupe de sécurité”.
À lire aussi  Disconnecteur, 3 types, lequel choisir ?

Comment calculer la pression de tarage en plomberie ?

Choisir une soupape se fait selon plusieurs paramètres :

  • La pression limite d’ouverture (Po ou pression de tarage) ;
  • La pression maximale (Pmax, la pression possible sans que la soupape ne s’ouvre) ;
  • Le débit de gaz à évacuer ;
  • L’augmentation de pression admise durant l’évacuation du gaz.

La Po de la soupape est alors calculée en fonction de Pmax. En règle générale : Po=1.1*Pmax (110%) ou Pmax=0.9*Po.(90%). Calculer la bonne pression de tarage est nécessaire afin d’éviter les fuites ou les ouvertures intempestives.

Comment installer une soupape de sécurité ?

Lorsque vous installez une soupape de sécurité, il faut monter cette pièce de sécurité de manière verticale. Entre le générateur de chaleur et la soupape, aucune vanne ne doit être posée. Une fois la pièce reliée aux tuyaux d’arrivée et de vidange, il faut procéder à une purge pour mettre en service la soupape. Pour cela, ouvrez simplement la soupape de sécurité pour que l’air s’en échappe.

Comment tester une soupape de sécurité ?

Il y a deux manières de tester la qualité d’une soupape.

Les soupapes récentes comportent un bouton de couleur rouge. En l’activant, vous demandez à la soupape d’évacuer la pression, comme si elle avait atteint sa pression maximale. Les modèles d’entrée de gamme ou ancien n’ont pas ce bouton. En sachant que votre soupape se déclenche lorsque la température de l’eau atteint 110°C, il faut la chauffer. Versez de l’eau bouillante sur le capteur de sécurité et observez si la pression s’échappe.

La soupape de sécurité, en bref

⚠ La soupape de sécurité est une pièce obligatoire sur tous les chauffe-eaux. 

👉Il en existe différents modèles, et leur fonctionnement peut varier. 

🤹Choisir une soupape de sécurité se fait en fonction de la taille du ballon d’eau chaude, du modèle de soupape souhaité, du seuil de tarage à calculer au préalable… Vous devrez conseiller vos clients pour les aider à choisir la soupape adaptée.

Vous voulez consulter l’ensemble de nos références ? Rendez-vous sur notre page produits.

Votre note :

Léa est responsable SEO chez Warmango. Son rôle est de faire tourner le blog à l'aide d'une équipe de rédacteurs intrépides. Auparavant, elle était en charge du référencement des produits sur le site, ce qui fait qu'elle a pu emmagasiner beaucoup d'infos sur les produits, leur technique, et les besoins des artisans. Ne lui demandez pas pourquoi elle est végé, Léa vous répondra pourquoi vous ne l'êtes pas (mais en vrai jurassienne, elle garde une passion envoûtante pour le fromage)

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.