Manomètre : comment choisir ?

Guide de choix manomètre
Temps de lecture : 4 minutes

Le manomètre est un instrument qui mesure la pression. Pour choisir correctement son manomètre industriel, de nombreux critères sont à prendre en compte, comme la taille, la température du fluide, le fluide, l’application, les conditions de travail, le raccord process, etc.

Dans cet article, Warmango vous parle de ces différents facteurs, afin que vous puissiez faire le choix du bon modèle de manomètre.

Comment fonctionne un manomètre ?

Le manomètre Bourdon est le plus répandu : dans chaque manomètre se trouve un tube de Bourdon.

Cet élément métallique est sensible. Lorsque le fluide pénètre dans un manomètre, une pression est créée à l’intérieur. Le tube de Bourdon transmet alors ce mouvement grâce à un tirant de transmission qui fait tourner l’aiguille de l’appareil.

Il existe des manomètres pour calculer les hautes pressions, et d’autres pour les basses pressions. Les autres types sont composés d’organes en différents matériaux, mais qui réagissent aussi à la pression.

Manomètre numérique ou analogique ?

Un manomètre peut posséder un indicateur analogique ou un affichage numérique. L’appareil analogique peut fonctionner de deux façons : grâce à une colonne liquide, ou grâce à un système mécanique.

Le manomètre analogique a plusieurs avantages :

  • Pas besoin d’alimentation électrique pour fonctionner ;
  • Très bonne résistance aux chocs et aux vibrations ;
  • Visualisation rapide de la pression.

Toutefois, ce type de manomètre peut être soumis à des erreurs de parallaxe, et ses résultats ne peuvent pas être exploités dans un système de régulation de process.

Les manomètres numériques transforment la pression en signal électrique afin de l’afficher sur un écran LCD. Ses avantages sont :

  • Lecture précise des valeurs ;
  • Nombreuses fonctions disponibles (choix de l’unité de mesure) ;
  • Peuvent être équipés d’un système de régulation de process.

Néanmoins, ils nécessitent une alimentation électrique ou une batterie pour fonctionner.

Comment lire un manomètre de pression ?

Il y a trois types de pression de référence qui détermine le type de manomètre :

  • La pression absolue, dont la référence est le vide : elle correspond exactement à la pression à mesurer ;
  • La pression relative, dont la référence est la pression atmosphérique : la mesure correspond à l’écart entre la pression atmosphérique et la pression qu’on mesure ;
  • La pression différentielle, dont la référence est un second point de mesure : le manomètre différentiel a deux entrées, et sa mesure finale est la différence entre les deux points mesurés.

Quels sont les types de manomètres ?

C’est l’intérieur des manomètres qui les différencie. Les organes de mesure se déforment différemment sous l’effet de la pression. Certains manomètres sont donc adaptés à certaines mesures.

Le manomètre à tube de Bourdon, ou tube manométrique

La pression du fluide évolue à l’intérieur du tube qui se redresse lorsque la pression augmente. Sensible aux surpressions, ce manomètre est à privilégier pour les pressions de 0,6 bar à 4000 bars. Pour mesurer des fluides agressifs, le tube doit être adapté.

À lire aussi  Tête thermostatique : tout ce qu'il faut savoir

Le manomètre à membrane

La pression s’effectue sur la face d’une membrane mince ondulée. Tolérant une surpression élevée, les manomètres à membrane sont idéals pour les basses pressions (16 Mbar à 40 bars).

Le manomètre à capsule

Deux membranes forment la capsule, la pression du fluide agit à l’intérieur et la capsule se dilate. Le manomètre à capsule est utilisé pour les basses pressions également (2,5 à 600 mètres). Sa résistance à la surpression est restreinte.

Le manomètre à soufflet

La pression agit dans un soufflet. Le manomètre à soufflet est parfait pour les basses pressions également, de 60 Mbar à 1000 Mbar.

Manomètre sec ou liquide ?

Les manomètres secs ne contiennent pas de liquide. Ils sont moins chers, mais résistent mal aux vibrations et aux coups. Ils ne conviennent pas à un milieu froid ou humide, qui pourrait enrayer le mécanisme.

Le manomètre sec est souvent utilisé sur les compresseurs d’air : c’est le manomètre à pneus, qui mesure la pression lors du gonflage des pneus.

Les manomètres liquides sont fabriqués avec un boîtier rempli de liquide, qui va permettre d’amortir les coups de pression et les vibrations. Ce type de manomètre est très résistant, même dans les environnements froids. Il est étanche à l’air et à l’humidité.

Quel liquide dans un manomètre ?

En général, le liquide dans un manomètre est de la glycérine (soit pure, soit mélangée à de l’eau).

Ce type de manomètre peut être utilisé jusqu’à -5°C. Pour les températures les plus basses, il faut privilégier le mélange glycérine et eau, qui peut être en état de marche jusqu’à -46°C.

A noter : La glycérine n’est pas toxique.

Quels critères pour choisir un manomètre ?

Pour choisir un manomètre, appuyez-vous également sur ces critères :

  • La pression,
  • La surpression,
  • La classe de précision,
  • Le diamètre du cadran,
  • La comptabilité des matériaux,
  • La température du fluide,
  • Les conditions environnementales.

Pour les manomètres à cadran, la pression de service doit se situer entre ⅓ et ⅔ de l’échelle. Plus la classe de précision est petite, plus le manomètre est précis. Le diamètre du cadran est important : plus le cadran est grand, plus la lecture des mesures sera précise. Les matériaux en contact avec le fluide dont on veut mesurer la pression doivent être compatibles. Vous pouvez privilégier de l’acier inox pour les fluides un peu agressifs.

Munissez-vous d’un séparateur de membrane pour les fluides visqueux, extrêmement chauds ou très agressifs. Privilégiez le cuivre pour mesurer des fluides dont la température dépasse 65°C. Au-delà, optez pour un manomètre en acier inoxydable.

En résumé :

Vous voulez consulter l’ensemble de nos références ? Rendez-vous sur notre page produit.

Beaucoup de caractéristiques déterminent le choix du futur manomètre :

  • La taille de celui-ci
  • L’application,
  • La température du fluide,
  • Le type de fluide,
  • Le raccord process,
  • L’environnement de travail,
  • La pression de référence,
  • etc.

Et si cet article vous a été utile, vous serez peut-être intéressé par notre guide de choix sur les soupapes de sécurité !

Votre note :

Léa est responsable SEO chez Warmango. Son rôle est de faire tourner le blog à l'aide d'une équipe de rédacteurs intrépides. Auparavant, elle était en charge du référencement des produits sur le site, ce qui fait qu'elle a pu emmagasiner beaucoup d'infos sur les produits, leur technique, et les besoins des artisans. Ne lui demandez pas pourquoi elle est végé, Léa vous répondra pourquoi vous ne l'êtes pas (mais en vrai jurassienne, elle garde une passion envoûtante pour le fromage)

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.