Comment choisir un groupe de sécurité ?

Groupe de sécurité : quoi choisir ?
Temps de lecture : 4 minutes

Le groupe de sécurité est utilisé sur beaucoup d’installations de plomberie. Mais il est indispensable sur certaines d’entre elles, comme sur les chauffe-eaux électriques à accumulation. C’est l’élément qui gère les flux du ballon d’eau chaude et qui maîtrise la pression générée par la chaleur. On y retrouve plusieurs pièces : le clapet anti-retour, la vanne d’arrêt quart de tour, la soupape de sécurité (tarée à 7 bars), la molette de la soupape pour gérer les vidanges. 

Dans cet article, Warmango vous dit tout ce qu’il y a à savoir sur les groupes de sécurité, afin que vous puissiez  choisir celui qui convient le mieux au chantier en cours !

Consultez également notre article “Comment changer un groupe de sécurité ?

Où brancher le groupe de sécurité chauffe-eau ?

Un groupe de sécurité peut être droit ou coudé.

Le groupe de sécurité droit est le plus classique. Il se visse sur un filetage vertical, en bas du chauffe-eau, aligné avec la sortie de vidange. L’eau froide y pénètre à l’horizontale (perpendiculaire).

groupe de sécurité droit
Exemple de groupe de sécurité droit – Orkli

Le groupe de sécurité coudé est fait pour les chauffe-eaux horizontaux avec des connexions situées sur les côtés. Le filetage est en forme de coude, une extrémité liée à la sortie vidange, l’autre à l’arrivée d’eau froide. Dans les deux configurations, il est connecté grâce à des raccords à visser, femelle pour le chauffe-eau et mâle pour le réseau. La plupart des chauffe-eaux sont raccordés en 20×27 (ou ¾ de pouce). D’autres, bénéficiant d’une plus grande contenance, peuvent être raccordés en 26×34 (ou 1 pouce).

groupe de sécurité coudé
Exemple de groupe de sécurité coudé – Orkli

Quels sont les différents matériaux existants ?

Le matériau de cette pièce se choisit en fonction de la dureté de l’eau (taux de calcaire présent dans l’eau). Un groupe de sécurité peut avoir un siège en laiton, un siège en inox ou un siège en téflon.

L’appareil standard est fabriqué en laiton. Il est à utiliser lorsque l’eau est dépourvue de calcaire. Dans ce matériau, le groupe revient moins cher.

Si vos clients ont une eau dure en calcaire, acide ou polluée, ils devront privilégier l’inox. Ce matériau est très résistant.

Pour une eau entre les deux, il est possible d’opter pour du téflon. Cette matière a des propriétés antiadhésives et lubrifiantes, qui diminuent les risques de blocage.

À lire aussi  Cuivre per ou multicouche : infographie en 5 points

Groupe de sécurité sur eau froide ou chaude ?

Cet appareil se branche sur l’arrivée d’eau froide. Il va permettre d’isoler le circuit d’eau froide grâce au clapet anti-retour qui, comme son nom l’indique, évite le retour de l’eau froide.

La soupape de sécurité va permettre de maintenir la pression du chauffe-eau ou plus globalement du circuit de chauffage, tout en étant capable de l’évacuer en cas de besoin.

Comment choisir une soupape de sécurité ?

La soupape de sécurité sanitaire a le même objectif que le groupe de sécurité : procéder à une décompression si la pression de l’eau de la tuyauterie atteint son seuil maximal de sécurité. Il faut la choisir selon plusieurs critères : le tarage ; à combien de bars la soupape doit s’ouvrir et se fermer ; la dureté de l’eau ; la capacité du ballon d’eau chaude. 

Comment monter un groupe de sécurité ?

Voici les étapes à suivre pour le montage d’un groupe de sécurité :

  1. couper eau et électricité ;
  2. vidanger le chauffe-eau (en tournant le bouton de la soupape du groupe de sécurité) ;
  3. retirer l’ancien groupe de sécurité (en dévissant le siphon et l’arrivée d’eau froide) ;
  4. installer le nouveau groupe (en rendant étanche le filetage, en vissant l’appareil et l’arrivée d’eau froide, en repositionnant le siphon sur la garde d’air) ;
  5. allumer le chauffe-eau.

Quelles sont les pièces complémentaires au groupe de sécurité ?

Lors de la pose, vous pouvez ajouter d’autres pièces qui vont venir compléter le travail du groupe de sécurité :

Le réducteur de pression : il permet de stabiliser la pression de l’eau à 3 bars.

Le vase d’expansion sanitaire : il permet de stocker le surplus d’eau chaude. Cela évite qu’un trop grand volume soit directement évacué vers les égouts.

Le raccord diélectrique : il permet de tempérer les effets de la corrosion. Ces derniers peuvent être causés par les métaux composant l’installation sanitaire. Les raccords diélectriques permettent notamment d’éviter la formation de rouille sur la cuve du chauffe-eau.

Le régulateur thermostatique : il permet de faire baisser la température de l’eau chaude pour un certain nombre de points d’eau du logement.

En résumé et pour bien choisir 

Groupe de sécurité, en bref

Il est important de bien choisir le groupe de sécurité pour un chauffe-eau électrique à accumulation

On choisit un groupe de sécurité selon la contenance et la configuration du chauffe-eau et selon la dureté de l’eau. 

N’oubliez pas également de sélectionner une soupape adaptée, ainsi que des pièces complémentaires si l’installation sur laquelle vous travaillez le nécessite.

Les critères de choix

💧Matière : selon la dureté de l’eau

🧩Forme : droit ou coudé, selon la configuration de l’installation

📐Diamètre : 1” ; ½” ; ¾”, selon la configuration de l’installation

♀♂ Mâle ou femelle, selon la configuration de l’installation

Votre note :

Léa est responsable SEO chez Warmango. Son rôle est de faire tourner le blog à l'aide d'une équipe de rédacteurs intrépides. Auparavant, elle était en charge du référencement des produits sur le site, ce qui fait qu'elle a pu emmagasiner beaucoup d'infos sur les produits, leur technique, et les besoins des artisans. Ne lui demandez pas pourquoi elle est végé, Léa vous répondra pourquoi vous ne l'êtes pas (mais en vrai jurassienne, elle garde une passion envoûtante pour le fromage)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.